Au revoir Paris

Publié le 25 Avril 2014

Au revoir Paris

Dix-huit ans extra-muros. Dix ans intra-muros. À 28 ans, je quitte Paris...

À Gambetta, dans mon petit deux pièces, affranchie, j'ai vécu mille vie. À la Place des Fêtes, j'ai rencontré Chérif et donné naissance à Framboisine et Caramelou. Annecy et sa rue Vaugelas s'apprêtent à marquer nos vies.

Il y a encore quelques mois, je ne pouvais pas concevoir la vie en dehors de la capitale, en dehors de n'importe quelle capitale d'ailleurs, si je vivais ailleurs qu'en France. Aujourd'hui, j'ai des enfants...

Paris avec des enfants en bas âge c'est très compliqué. Le moindre déplacement demande force et courage. Seule avec ma poussette double dans le métro est ingérable. Bien que je trouve toujours une bonne âme - oui, ça existe à Paris... - pour m'aider à soulever ce monstre à deux têtes, elle pèse si lourd qu'une fois arrivée à bon port, je me demande où trouver la force de faire le chemin inverse.

J'ai fini par ne plus sortir de mon quartier. La Place des Fêtes est devenu notre territoire. Une envie de promenade ? C'est parti pour emprunter la charmante rue des Solitaires jusqu'à la rue très "bobo" de la Villette pour enfin remonter par la commerçante rue de Belleville. 20 minutes top chrono ! À moins que nous nous arrêtions à la fameuse pâtisserie de l'Église. Oui, c'est un brin de nostalgie que vous êtes entrain de lire. Bien que le quartier de la Place des Fêtes n'est pas très bonne réputation, il est à jamais le lieu où Framboisine a fait ses premiers pas. Caramelou, quant à lui, y aura passé ses 6 premiers mois. Lui aussi aura eu le temps d'arpenter les couloirs du métro parisien et de respirer le grand air des Buttes-Chaumont - ça va faire rire les non parisiens, mais comme ont dit "il faut le voir pour y croire".

Peut-être que cette première page de leur vie les influencera dans leurs choix à venir. Ce petit billet je l'écris surtout pour eux.

Il est temps de partir... Une dernière journée à la crèche avec Walid, Aziliz, Charlie et les autres, un adieu aux puéricultrices, Amira et Delphine, un dernier tour dans le quelconque mais néanmoins mythique manège, une dernière glissade sur le toboggan du square bondé.

Ce soir, ce n'est pas la fête sur la Place des Fêtes. Nos cœurs sont un peu lourds et si Caramelou ne se rend pas vraiment compte de ces bouleversements, je sens ma Framboisine perturbée. Elle a besoin d'être portée, d'être sans cesse rassurée. Elle doit sentir que je suis stressée par l'organisation du déménagement. Dans ces moments-là, la culpabilité me gagne. La psy, Sylviane Giampino l'appelle la "TCA (taxe de culpabilité ajoutée) à payer sur l'accès à la maternité"

Heureusement, rien que d'imaginer Framboisine, sur les bords du lac d'Annecy, donner son premier coup de pédale sur un vélo flambant neuf ou de penser aux premiers pas de Caramelou dans les jolies rues de la ville, cela me conforte dans l'idée que nous avons raison de quitter la capitale.

Ils nous faudra cependant être encore un tout petit peu patients. Avant de poser nos valises dans un charmant appartement de la rue Vaugelas, nous allons les trimballer à droite à gauche pendant deux mois.

Rendez-vous au camping...

Rédigé par Mère Veilleuse

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article

Anne Neigeotte 23/05/2014 15:26

Sache que si la nostalgie te prendra sur Annecy, une copine virtuelle deviendra réelle et sera là pour te changer les idées ;-) Et aura peut etre besoin de conseil pour 2 bébés rapprochés hihihi! Encore un joli billet: <3
Anne

Mère Veilleuse 23/05/2014 16:44

Merci Anne. Rien que pour ça j'ai hâte d'arriver ! ;-)